Image corporelle

DÉFINITION :

Perceptions, pensées et sentiments à  propos de son propre corps, en particulier son apparence physique.

—3 grandes dimensions :

 

1. Évaluation;

2. Investissement;

3. Affect.

*SE RATTACHANT AU CORPS**

—Au Québec, environ 60% des jeunes âgés de 13 à 16 ans sont insatisfaits de

l’apparence de leur corps.

—

À cet âge, le corps est lié à un sentiment de valeur personnelle et

aux opportunités sociales.

Le degré de concordance entre l’apparence d’un jeune et les normes sociales de beauté est un élément central du développement et de l’autoévaluation de soi.

Par conséquent, l’image réelle et les attributs physiques (ex.: tendance à l’obésité, longueur du nez et des oreilles, couleur des yeux et des cheveux, taches de rousseur, etc.) influencent le développement de l’image corporelle et les comparaisons par rapport aux critères de beauté en vigueur dans la société.

 

—

** Il faut noter que les hommes sont, à tout âge confondus, plus satisfaits

de leur image corporelle que les femmes.

—DES CHIFFRES INQUIÉTANTS

 

- Même si la majorité des jeunes filles ont un poids considéré  comme normal ou même insuffisant, près de 70% d’entre elles font des efforts pour contrôler leur poids ou en perdre davantage.

—
- Environ 50% des adolescentes ont déjà sauté un ou plusieurs repas dans l’objectif de maigrir.


- 1/3 des filles âgées de 9 ans ont déjà tenté de perdre du poids.

—

- Certaines jeunes filles s’empêchent même de faire de l’activité physique pour ne pas se démaquiller, se décoiffer ou transpirer en public.


- 8 à 10% des jeunes Québécois (surtout des filles) commencent à fumer dans l’espoir de maigrir ou de contrôler leur poids.

Se sensibiliser ...

Construction de l'image ...

 

6 grands facteurs d’influence :

 

1. Dimension subjective;

2. Regard des autres;

3. Contexte culturel;

4. Influence de l’âge;

5. Influence du genre;

6. Influence de l’orientation sexuelle.

Estime de soi

L’estime de soi commence à se développer dès lors de la naissance et se construit tout au long de la vie. L’estime de soi est un sentiment de valeur propre à soi, c’est une représentation subjective de soi-même. Ce sentiment de valeur peut être à des degrés différents  tels que faible, moyen ou élevé. L’estime de soi est construite sur des bases psychologiques. Par exemple, les expériences au cours de l’enfance, les réussites et les projets de vie. Elle varie en fonction de ce que chacun a vécu au cours de sa vie et elle peut être construite à travers la résilience des individus. Aussi, le niveau de notre estime de soi peut avoir des conséquences positives et/ou négatives dans les relations interpersonnelles, c’est-à-dire l’intimité.

 

L’estime de soi peut être renforcée par la réussite de ses projets et la satisfaction de ses besoins, de ses désirs sexuels et de sa vie amoureuse. Il est possible d’ajouter que la reconnaissance de soi fait par les autres et par soi-même peut renforcer celle-ci. Par contre, il est important de ne pas seulement se fier aux autres, mais ça peut aider.

 

Référence : Le petit Larousse de la sexualité (2007)

Intimité affective

Le type d’intimité affective est une forme de dévoilement de soi et d’ouverture à l’autre. En d’autres mots, il s’agit de partager des états d’âme et des sentiments profonds ainsi que les fragilités émotionnelles. C’est une façon de se mettre à nu émotionnellement tout en faisant confiance à l’autre et d’être convaincu de la réciprocité de l’autre. L’intimité affective fait partie des relations interpersonnelles (amis, famille et partenaire amoureux-euse).

Référence : Crépault (1997) Cités « Ça rime à quoi, être femme? » Bernatchez, Garand, Letarte et Mercier, (2014) page 36.

Image de soi

C’est « la représentation mentale qu’une personne se fait d’elle-même ». Cette représentation est en lien avec les comportements, au rôle et à la personnalité de la personne. Aussi, ça se reflète dans les relations interpersonnelles et l’intimité.

 

Référence : Le petit Larousse de la sexualité (2007)

Intimité

« L’intimité est un concept très large qui réfère à plusieurs aspects tels que la volonté de connaître l’autre, le dévoilement de soi, l’expression de son individualité dans la relation intime sans craindre ou anticiper la réaction de l’autre tout en tolérant l’anxiété qui peut y être associée. »

 « De plus, l’intimité est définie par la recherche de la dépendance mutuelle, de communication ouverte et d’attachement émotionnel. »

Référence : McReynolds & Schnarch (1997) et Zimmer-Gembeck et al., (2012). Cités dans « Ça rime à quoi, être femme? » Bernatchez, Garand, Letarte et Mercier (2014)  page 36.

Intimité sexuelle

« Le type d’intimité sexuelle est une façon de se dévoiler à l’autre au sein de la relation génitale sans crainte de l’autre. De plus, l’intimité sexuelle est la capacité à se révéler de façon verbale et non-verbale au partenaire au cours des rapports sexuels » (Thériault, 1998).

Référence : Crépault (1997) et Thériault (1998). Cités dans « Ça rime à quoi, être femme? »  (Bernatchez, Garand, Letarte et Mercier, 2014)  page 36.

HEURES DE BUREAU

Lundi au vendredi

9h00 à 17h00

Rencontres sur rendez-vous 

seulement

URGENCES

 

INTERLIGNE
1-888-505-1010

ADRESSE POSTALE

1195, rue Saint-Antoine

Local 305

Saint-Hyacinthe, Québec

J2S 3K6

COURRIEL

TÉLÉPHONE

450-774-1349

 

1-800-774-1349

 

(sans frais)

 

RENCONTRE DE GROUPE

ST-JEAN-SUR-RICHELIEU

SUIVEZ-NOUS

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - Cercle blanc
  • Blanc Icône Instagram

160 rue Champlain

© 2019  Jeunes Adultes Gai-e-s, Saint-Hyacinthe